frende
frende

logo marque bretagne

  • Le musée est ouvert

    Le musée est ouvert

    Du mardi au vendredi de 10h30 à 13h et de 14h à 18h. Bel été à tous !

  • Animations d’été

    Animations d’été

    Un objet, une histoire
    Tous les mercredis à 15 heures.
    Vous avez envie de découvrir des objets d’histoire non présentés au musée, connaître leur histoire ?

  • Programme culturel 2022

    Programme culturel 2022

    Exposition historique Phares et Sémaphores sous l'Occupation.

  • Jeudi 14 juillet

    Jeudi 14 juillet

    Le musée sera ouvert de 10h30 à 13h et de 14h à 18h.

  • La famille Kreizy

    La famille Kreizy

    Une aventure à mener en famille Il était une fois... une famille un peu déjantée vivant au cœur de la Bretagne...

  • Le musée est ouvert

    Le musée est ouvert

    Du mardi au vendredi de 10h30 à 13h et de 14h à 18h. Bel été à tous !

  • Programme culturel 2022

    Programme culturel 2022

    Exposition artistique Phares et Imaginaire à travers cinq regards d'artistes.

  • Exposition

    Exposition

    Galerie Livandour

Documents

et archives

Diplôme de résistante de Marguerite Rageot

Marie-Renée Couturier – D2018-7-1

Diplôme de résistante au nom de Marguerite Rageot, engagée dans la résistance à partir de janvier 1944. Ces diplômes de résistance ont été émis dès 1944 alors même que la guerre n’était pas encore terminée. Ces récompenses sont une forme de remerciement et de reconnaissance vis à vis des activités des résistants et des résistantes. Cependant, les diplômes décernés aux femmes étaient particuliers puisqu’ils étaient toujours au masculin. Au sortir de la guerre, les femmes ont eu beaucoup de mal à trouver leur place dans la résistance. Elles étaient vues comme insignifiante et les hommes ont eu du mal à reconnaître leur rôle.

Notamment parce qu’elles avaient souvent un rôle d’agent de liaison ou encore de secrétaire alors que la vision de la résistance, en 1944, se concentrait surtout sur la lutte armée et l’insurrection nationale autour du débarquement en Normandie. De ce fait, même si les femmes jouaient un rôle clé dans la résistance et risquaient tout autant leur vie que les hommes, elles étaient moins reconnues, les diplômes en sont la preuve. Outre cette particularité, le diplôme de Marguerite Rageot, comme beaucoup d’autres diplômes, est remplie de symboles de la résistance : la croix de Lorraine ou encore le symbole de la lutte armée en fond par la représentation du « départ des volontaires ».
Pour en savoir plus sur Marguerite Rageot, vous pouvez consulter la rubrique « portraits de résistants ».

 Fausse carte d’identité (de René Derrien)

Marie-Renée Couturier – D2018-7-1

Fausse carte d’identité au nom de Jean-Bernard Maestroni, né à Casablanca. La résistance est une activité dangereuse qui a entraîné l’entrée en clandestinité de nombreux hommes et de nombreuses femmes. Les résistants se doivent d’être d’une discrétion absolue mais il arrive parfois qu’ils soient repérés et qu’ils doivent abandonner leur identité. Pour cela, ils se créaient une nouvelle identité grâce à des faux papiers notamment une fausse carte d’identité. Avec cette fausse carte, René Derrien, résistant engagé dès décembre 1942, s’est inventé une nouvelle identité : il prend le nom de Jean-Bernard Maestroni, étudiant né le 10 juillet 1919 à Casablanca (au Maroc). Cette carte doit lui permettre de se déplacer et d’éviter d’être arrêté en cas de contrôle ou de ne pas se faire démasquer en cas d’interrogatoire. Pour cela le lieu de naissance est choisi avec soin : au Maroc, dans un protectorat français. Sous l’Occupation, il était impossible de vérifier les états civils dans les colonies ou protectorats d’où le choix de Casablanca. Pour en savoir plus sur René Derrien, vous pouvez consulter la rubrique « portraits de résistants ».

La Revue du Monde Libre

Bothorel Jean-François – 2022-8-0

La Revue du Monde Libre, numéro 18 de juillet 1944. La résistance n’est pas uniquement une question de lutte armée, de sabotages ou encore de renseignements. C’est aussi une question d’opinion, de propagande et de censure. De nombreux journaux et tracts clandestins sont imprimés et distribués en France afin de contourner la censure de Vichy. Mais la Résistance extérieure s’organise également pour parachuter ses tracts et journaux. La Revue du Monde Libre est une revue éditée et imprimée en Angleterre et parachutée sur le sol français entre 1943 et 1944 par les aviateurs de la Royal Air Force. Cette revue était avant tout destinée aux intellectuels, écrivains et professionnels du monde de l’édition à qui elle faisait d’ailleurs appel pour l’écriture de ses articles. De grands écrivains de nationalités différentes : américaine, anglaise ou française ont participer à l’écriture d’articles dénonçant l’occupation, la guerre et les agissements de l’Allemagne nazie. Cette revue, parachutée en milliers d’exemplaires passait ensuite de mains en mains pour toucher le plus de monde possible.