frende
frende

logo marque bretagne

  • Le musée est ouvert

    Le musée est ouvert

    Du mardi au vendredi de 10h30 à 13h et de 14h à 18h. Bel été à tous !

  • Animations d’été

    Animations d’été

    Un objet, une histoire
    Tous les mercredis à 15 heures.
    Vous avez envie de découvrir des objets d’histoire non présentés au musée, connaître leur histoire ?

  • Programme culturel 2022

    Programme culturel 2022

    Exposition historique Phares et Sémaphores sous l'Occupation.

  • Jeudi 14 juillet

    Jeudi 14 juillet

    Le musée sera ouvert de 10h30 à 13h et de 14h à 18h.

  • La famille Kreizy

    La famille Kreizy

    Une aventure à mener en famille Il était une fois... une famille un peu déjantée vivant au cœur de la Bretagne...

  • Le musée est ouvert

    Le musée est ouvert

    Du mardi au vendredi de 10h30 à 13h et de 14h à 18h. Bel été à tous !

  • Programme culturel 2022

    Programme culturel 2022

    Exposition artistique Phares et Imaginaire à travers cinq regards d'artistes.

  • Exposition

    Exposition

    Galerie Livandour

Portraits

de Résistants

François Quélen

François Quélen est né le 12 décembre 1914 à Tréflévénez, dans le Finistère. Pharmacien à Brasparts, il s’engage dans la Résistance en fournissant aux résistants des alentours les produits pharmaceutiques dont ils avaient besoin. Il devient ainsi le pharmacien du bataillon René-Caro du maquis de Brasparts jusqu’en octobre 1944. Il est renvoyé dans ses foyer le 1er octobre 1944.

René Derrien

René Derrien est né le 4 juin 1921 à Haut-Corlay, dans les Côtes-du-Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor). Il s’est engagé dans la Résistance dès décembre 1942 / janvier 1943. Il a fait partie du réseau de renseignements BO 450 à partir de février 1943, mais il a également pris part à des sabotages de véhicules allemands, de lignes à haute tension, de chemins de fer etc. entre mars et avril 1944. Il est entré dans la clandestinité en mai 1944. Il a également participé à de nombreux parachutages et il a aidé un aviateur américain à trouver un lieu sûr. Lors des derniers jours de l’occupation, il a servi en tant qu’agent de liaison pour différents maquis du sud-est des Côtes-du-Nord. Il a combattu dans les rangs des Forces françaises de l’intérieur (FFI) du 1er mai 1944 au 6 août 1944. Le 29 août 1944, il contracte un engagement pour la durée de la guerre et il est démobilisé le 15 janvier 1946.
Il reçoit, pour son engagement et ses actions dans la Résistance, la médaille de la Résistance et il est cité à l’Ordre de la division.

Marguerite Rageot

Marguerite Rageot (épouse Derrien) est née le 9 septembre 1946 à Vannes, dans le Morbihan. Elle avait 17 ans lorsqu’elle s’est engagée dans le mouvement Défense de la France en janvier 1944. Elle était chargée de réaliser un travail de secrétariat pour ce mouvement. Lorsque les chefs de son groupe Métairie-Fleury sont arrêtés et fusillés par la Gestapo, elle décide d’entrer en relation avec un autre groupe du mouvement Défense de la France. Toujours sur ordre de ce mouvement et en plus de son travail de secrétaire, elle a également effectué quelques liaisons dans le secteur de Saint-Brieuc. À la libération, le 6 août 1944, elle intègre les Forces françaises de l’intérieur (FFI) et est affectée au 4e bureau FFI. Le 15 décembre 1944, elle décide de contracter un engagement pour la durée de la guerre. De janvier à juin 1945 elle est alors affectée, en tant que secrétaire sténodactylo, aux 2e et 3e bureaux de la subdivision militaire de Saint-Brieuc. Par la suite, elle est affectée à la chefferie du génie de Rennes où elle reste jusqu’en 1945. Elle est démobilisée le 31 décembre 1945.
Pour son engagement et ses actions dans la Résistance, elle est citée à l’Ordre du régiment le 26 juin 1945 et se voit attribuer la croix de guerre 39-45 avec étoile de bronze.